LA MAISON KANGOUROU

Depuis l’ouverture de la maison, nous avons aidé et inspiré beaucoup de gens. Voici ce que certains d’entre eux avaient à dire.

J’aimerais vous partager mon vécu en regard de l’aide que j’ai reçue de l’organisme La Maison Kangourou. Je suis une mère monoparentale d’un garçon de 5 ans et demi. Je suis seule depuis son jeune âge à subvenir à ses besoins. J’ai aussi toute la charge éducative et je n’ai pas beaucoup de soutien du père ni de ma famille. Parfois je vis de l’épuisement et j’ai rarement la chance de récupérer. Même lorsque je suis malade, je n’ai pas d’aide et selon moi, c’est inhumain de ne pas pouvoir se reposer quand un malaise nous oblige, contre notre gré, à rester au lit.

Les vacances durant la période des fêtes sont un temps pendant lequel les parents devraient pouvoir s’amuser et se reposer de leur travail acharné accompli au cours de l’année. Contrairement à ce que le monde pense, c’est une toute autre réalité pour un parent monoparental, car nous n’avons pas de relève. C’était une soirée d’hiver, je me rappelle et me rappellerai toujours, le 2 janvier…

J’étais dans un état d’épuisement total. Avec l’aide d’une amie qui m’avait référée à La Maison Kangourou, j’ai pu appeler l’organisme au moment où j’en ai eu le plus besoin. La personne qui m’a répondue m’a accueillie et j’ai ressenti sa compassion pour ce que je vivais. Par ses paroles réconfortantes et son écoute, je me suis sentie soulagée de voir que je n’étais pas seule au monde. J’ai eu la chance de recevoir les services de cet organisme extraordinaire. Cela m’a permis de me reposer, pour ensuite avoir une meilleure qualité de vie avec mon fils.

Merci

Josée. P. L

Bonsoir,

C’est avec beaucoup d’intérêt que j’ai lu l’article dans La Presse en juillet dernier, qui parlait de votre magnifique projet de La Maison Kangourou. Je souhaite de tout cœur que votre projet fonctionne… on en voit rarement d’aussi beaux!

Au plaisir, F.C.

Bonjour Mme Fortin,

Félicitations pour votre initiative. Plusieurs parents ont besoin de soutien et je trouve votre initiative excellente pour les épauler et protéger les enfants.

Au plaisir, I.P.

Bonjour,

J’ai lu un billet à propos de La Maison Kangourou sur le blogue “La mère blogue” publié sur le site Internet de La Presse. Je trouve que c’est une excellente idée.

D.

Bonjour Madame Fortin,

Je suis travailleuse sociale dans un CLSC et j’ai entendu parler de vos ressources à la télévision. J’en profite pour vous féliciter pour cette précieuse initiative: nos familles ont grandement besoin de ce type de ressource. Bravo encore Madame Fortin et bonne journée.

J. B. Travailleuse sociale

Bonjour,

J’ai pris connaissance du projet de La Maison Kangourou par le biais d’un article paru dans la Gazette de Montréal. Quelle belle initiative si pertinente! Je suis moi-même impliquée dans une maison de la famille depuis 16 ans et je reconnais le besoin criant pour un service de ce genre, soit respectueux des familles, de leur rôle social et de leurs préoccupations.

Félicitations et continuez votre beau travail,

M.E.

Bonjour Josée Fortin,

Je vous envoie de belles énergies pour rassembler tout ce qu’il vous faut pour cette œuvre. N’hésitez pas à faire appel à nous pour les ressources humaines.

K. L.

Responsable de la coordination des stages 2 et 3 et professeure de la technique d’éducation spécialisée du cégep du Vieux-Montréal

Bonjour,

Je viens tout juste de lire sur votre projet dans le journal La Presse.

Bravo pour cette belle initiative.

Serge F. École Le Virage

Cette idée est fantastique! Ce matin à LCN, j’ai entendu parler pour la première fois de ce projet qu’est La Maison Kangourou et je tiens à vous féliciter. Je ne sais pas qui en a eu l’idée, mais je suis certaine que cela va répondre à une demande de plus en plus évidente dans notre société. Il y a plusieurs années, j’aurais aimé pouvoir compter sur le support d’une Maison Kangourou. Puisque cela n’existait pas, je m’en suis sortie, avec peine et misère, mais j’ai réussi. J’ai deux enfants, aujourd’hui ados, dont je suis très fière. Longue vie à votre projet.

Amicalement, N.

Salut,

Toutes mes félicitations pour cette initiative ! Je travaille comme technicienne en éducation spécialisée dans le système de la santé et des services sociaux depuis 30 ans. En tant que conseillère en soins spécialisés, je sais qu’une ressource comme La Maison Kangourou est d’une grande nécessité.

Félicitations,

C.Q. Technicienne en éducation spécialisée et conseillère en soins spécialisés.

Bonjour,

J’ai pris connaissance de l’existence de La Maison Kangourou par le biais d’un article de journal. Je me permets de vous faire un portrait rapide de ma situation. Je suis une mère monoparentale de trois enfants âgés de 3, 6 et 8 ans. Je suis séparée du père depuis mars 2010. Le père est complètement absent, les enfants le voient 3 heures le samedi dans un centre de supervision (la transition). Il ne verse aucune pension alimentaire (malgré plusieurs jugements) et je travaille 30 heures par semaine. Ma famille est en France et je n’ai pas de relais ici. Bref, je suis épuisée, exténuée… J’ai besoin de souffler…

Sincères salutations,

L.

Bonjour!

J’ai un urgent et grandissant besoin de répit pour quelques jours. Par contre, je n’ai pas d’argent et je viens de la Rive-Sud. Je suis seule avec mes petites filles. Je vis une dépression avec un diagnostic de personnalité limite. Mes parents sont épuisés, et malgré mes demandes répétées depuis environ un mois, ils sont incapables de m’aider. Je suis malade depuis trois semaines et maintenant, je ne m’endure pas, ni moi, ni les enfants… je suis trop fatiguée!!! Je salue votre courage et votre initiative. Quand cela ira mieux pour moi, ce sera mon tour de démarrer quelque chose de semblable sur la Rive-Sud! Le besoin est là et il n’y a pas suffisamment de services, en particulier pour les familles monoparentales. Il faut agir avant qu’il y ait des tragédies ou des séparations mère/enfants ou père/enfants. Je crois sincèrement qu’il n’y a pas assez de lumière mise sur la situation des familles monoparentales.

Merci! V. V.

Demande d’information.

J’aimerais avoir plus d’information sur comment procéder pour bénéficier des services de votre organisation. Je suis une maman seule avec deux jeunes enfants et je suis très épuisée. Le père de mes enfants ne m’aide pas et je n’ai pas de famille dans le secteur pour les garder pour la nuit.

Je vous remercie. M. A.

Bonjour Mme Fortin,

J’ai trouvé votre site Internet en lisant l’histoire sur le procès de Guy Turcotte. J’ai été touchée par votre idée répondant au besoin des enfants d’avoir un refuge quand leurs parents sont incapables de s’en occuper temporairement. Il y a plusieurs années, je me suis trouvée dans une situation similaire en traversant une séparation extrêmement pénible et émotive avec mon mari. Mes enfants avaient environ de 9 et 10 à ce moment et je n’avais pas l’énergie pour faire quoi que ce soit, même de répondre à leurs besoins les plus fondamentaux.

J’ai eu de la chance que mes parents aient pu venir à la maison quelque temps, afin que je puisse pleurer, dormir, prendre des marches, me laver et essayer de reprendre mes forces. Pendant ce temps, ils ont embrassé, fait prendre les bains et aimé mes enfants alors que je ne pouvais pas le faire complètement. Je voyais aussi un psychologue une fois par semaine pour m’aider à me retrouver et à faire face à ma colère, ma déception, mon ressentiment et un tas d’autres émotions. Cela était particulièrement difficile lorsque mon mari venait chercher les enfants avec sa copine riche dans sa nouvelle voiture pour passer le week-end au Mont-Tremblant. Maintenant, avec beaucoup de travail assidu et de détermination, je suis passée à autre chose et tout va bien.

Mes enfants sont devenus d’excellents étudiants; mon fils est à l’université et ma fille, au cégep. Je travaille pour une entreprise extraordinaire et je suis entourée de bonnes personnes. J’aimerais avoir plus d’information sur les possibilités de bénévolat auprès des enfants, des parents ou au niveau de l’administration.

Bien hâte d’avoir de vos nouvelles,

D.

Chère Madame Fortin,
Je ne sais pas comment commencer à vous remercier pour là fin de semaine dernière qui a signifié tellement de bonnes choses pour mon fils et moi! Tout d’abord, la Maison Kangourou est impressionnante et accueillante, mais je ne m’attendais pas à ce que l’attention et l’amour partagé dans cette maison soient encore plus grands! Dimanche soir, j’ai trouvé mon fils en paix, parleur et heureux. Il était fier de me montrer ses jouets, ses amis…Il faisait comme chez lui. Avant de partir, il a partagé un gros câlin avec madame Louise et à même pleuré en voyant son ami (un autre charmant petit garçon) entrer dans une autre voiture, au lieu de partir avec nous.
Et la maman…j’ai pu me reposer et prendre un peu soin de moi et de la maison que je partage avec mon fils. J’étais tellement fatiguée! J’ai réalisé cela en voulant me réveiller d’une sieste de 2h, quand mon corps était tellement lord que je n’arrivais pas à bouger mes mains! Néanmoins, pas de soucis, j’ai vite retrouvée ma force 🙂
Un grand merci pour tout!

Cristina C.